DSC_1044

Amérique Amérique centrale Carnet de voyage Cuba Mes bonnes adresses Notre Roadtrip

Trois jours à La Havane

 

•Jour 36•

 

Nous débarquons à Cuba après un petit vol d’1h30. A peine arrivés à l’aéroport, un chauffeur nous accoste pour nous emmener dans le centre. Nous n’avons pas vraiment le temps de réfléchir, et surtout le choix.

Hop. En deux temps trois mouvements, on se retrouve à bord d’un taxi qui roule comme un barjo, le tout sur un bon gros son de ragga dancehall.

Bienvenue à Cuba!

·La Havane·

 

Population: 2,2 millions d’habitants
Etendue: 720 km2
Centre économique, culturel et politique de Cuba

Nous avons passé trois jours complets dans la capitale. Deux en arrivant et un avant de repartir pour le Mexique. Je pense que c’est suffisant pour découvrir la ville, mais peut être un peu court pour prendre ses marques. C’est seulement le dernier jour que nous avons vraiment eu la sensation de profiter de La Havane. 

Nous arrivons à notre auberge, une petite adresse pour petit budget. Rien d’exceptionnel mais nous nous contenterons du lit double et de la gentillesse de la propriétaire Diane.

El Corazon hostel se trouve rue San Martin, à 15min à pied du centre historique. Une adresse modeste et hors de la vieille ville.

Nous déposons nos affaires, buvons un verre d’eau et sortons rapidement pour découvrir La Havane!

LE DEPAYSEMENT

C’est en nous promenant en direction de la vieille ville que nous découvrons une Havane loin des clichés et des cartes postales. Notre auberge étant située à l’extérieur de la zone touristique, nous traversons des quartiers plus populaires. Je dois dire que nous sommes assez surpris par la saleté dans un premier temps. Des tonnes d’ordures sont entassées dans la rue. Nous remarquerons que c’est en fin de journée, à la tombée de la nuit, que des gros camions viennent récupérer une partie des poubelles.

Et puis nous passons outre, et nous observons les maisons, les cubains, les magasins, les marchés. En fait, je viens de comprendre ce que je ressens. J’ai l’impression d’avoir fait un bon en arrière de 60 ans. Ou bien plutôt d’être dans une ville qui se situerait dans une période d’après guerre. C’est très étrange ! Les maisons délabrées, les tickets de rationnement, le système de double monnaie (touriste vs locaux), les immeubles abandonnés. Un autre temps. Nous nous en doutions, bien évidemment, et puis nous avions reçu beaucoup d’avis très divergents d’autres voyageurs. Mais c’est, je dois dire, tout de même un petit choc.

Enfin, le dernier point qui me surprend lors de cette première sortie, c’est le regard des Cubains. Des hommes je veux dire, sur les femmes, et donc sur moi. Des voyageuses m’avait mis en garde. Leurs regards insistants, leurs petits sourires en coin, leurs visages qui passent lentement du bas vers le haut sur mon passage. Malaisant. Et puis on finit par ignorer. Même lorsque le chauffeur de taxi m’envoie un vieux coups de langue au loin. Oui oui … il la fait. Alors la première fois ça surprend, les trois suivantes ça flatte, et à la longue ça gonfle !

Et puis on s’acclimate peu à peu, on prend confiance et on découvre tranquillement ce que la ville a à nous offrir.

Que faire à la Havane ?

Toujours les mêmes bonnes vieilles habitudes. C’est sans carte que nous parcourons la ville en long en large et en travers.

La vielle ville, le capitole et le parque central, la cathédrale et sa jolie petite place, le Maleçon, c’est à dire le bord de mer, et la place aux glaces (Parque Coppelia).

Côté Cuisine?

Après la cuisine Mexicaine, nous tentons de découvrir la cuisine Cubaine.

Nous comprendrons vite que la base des plats est le riz et les haricots rouges. La viande est omniprésente, mais reste à désirée…son mode de conversation ne nous a pas tellement inspirée. C’est pourquoi nous prendrons soin de regarder ce que nous mangeons ici.

La ropa vieja est considéré comme le plat traditionnel Cubain. Il s’agit d’une mixture à base de boeuf effiloché, de poivrons, d’oignons et de concassé de tomates. C’est particulièrement tendre et bon.

Et puis près des côtes il y a également beaucoup de poissons et de langoustes. Elles sont préparées de diverses façons ! On nous les a proposé avec de la sauce picante où bien grillées.

Enfin, pour le dessert, les mamas des casas particular préparent essentiellement du flan, autrement appelé pudin. Bien évidemment on en a mangé tout les jours.

1 CUC la part, on ne s’est pas privé !

C’est tout pour la cuisine cubaine. Ou presque.

Autrement, la plus part des restaurants pour touristes proposent des pizzas, des spaghettis ou des sandwichs.

Où manger à la Havane ? Où boire un verre?

Bar Monserrate
Esquina Monserrate Obrapía, La Habana 10100, Cuba

Nous tombons sur cette adresse lors de notre arrivée à la Havane. Nous poussons les portes battantes et nous installons pour boire un premier verre. Bonne découverte !

Nous mangeons deux plats principaux. Les prix semblent très corrects, et nous repartons satisfaits de la qualité de la nourriture.

Café El Dandy
Teniente Rey, La Habana, Cuba

Découverte du dernier soir! Un petit coup de coeur pour ce lieu de vie. Une belle carte de cocktails et de tapas maison. Le bar ne désemplit pas de la soirée!

El Café del Angel
Compostela, La Habana, Cuba

Il s’agit d’un bar avec une belle terrasse sur une jolie place. Je goutte là le meilleur cocktail que j’aurais bu sur l’île! Nous optons pour une pina colada et un mojito. Classique. Mais efficace je dois dire. Et puis un verre seulement nous aura suffit pour nous faire tourner la tête… bien dosée la pina!

La Bodeguita Del medio 
Empedrado, La Habana, Cuba

Le meilleur pour la fin … ou pas!
Alors soit disant LE bar à mojito de La Havane. Comme des pigeons on tombe dessus, y’a plein de monde partout, alors on se dit que ça doit être bon. Normal! On fonce la tête baissée. ET BIM. Piège à touriste.

En réalité cette bodeguita a une histoire bien a elle. Hemingway en aurait fait jadis son refuge pour y déguster son cocktail préféré. La maison aurait été un haut lieu de vie! Je crois que maintenant elle y a seulement conservé le nom. Et c’est bien dommage. Les mojitos sont chers, petits et mauvais. NEVER AGAIN.

Après deux jours à la Havane, nous partons pour le sud ouest du pays. Un taxi collectif nous attend.

C’est heureux que nous quittons la ville.

J’avoue avoir envie de verdure et de calme. La Havane est une ville ultra concentrée avec beaucoup de vie et de mouvements, et pourtant j’ai eu le sentiment de ne pas pouvoir y faire grand chose. En dehors de la vielle ville (unique attraction des touristes) il est plus difficile de profiter.

Mais l’aventure continue !

Voyons ce que nous réserve la suite …

Laura

DSC_1099

Leave a Comment

Comments (6)

  1. Encore heureux que tu es brune et bronzé !!! 🙂 j’avoue quand lisant ton article je n’avais pas cette image là de Cuba du moins de La Havane. Et en voyant les photos des rues pas très propres ça ne donne pas franchement très très envie… Celle du Mexique me faisait plus rêver :p

    1. La Havane est effectivement un peu surprenante ! Comme je le disais je ne veux en aucun cas dissuader quiconque de s’y rendre. Après tout peut être que Cuba est un pays qui mérite plus d’attention que nous lui en avons porté. Il faudrait revenir visiter l’île dans trois quatre ans, et peut être que nous apprécierons beaucoup plus.
      Ceci dit, comme je le dis, La Havane est appréciable lorsque l’on prend le temps de la découvrir. C’est le dernier jour que nous avons aimé ses rues, et pris le temps d’observer ses habitants.

  2. Sur ton dernier cliché, je suis tombée complètement sur le charme de ces trois cubains assis torse nu devant la mer (peut être des cubains albinos) et je comprends que tu es pu être flattée des sifflements de ces superbes spécimens !!!!!! Elso, tu ne faisais pas le poids ! J’imagine ton malaise !!!

    1. Je vois que ma dernière photo a fait sensation héhé !
      Je dois dire que je termine pas l’article sur une touche très latino … mais bon, ils étaient là et forcément, impossible de les rater!
      Merci ma Julie de nous suivre. On t’embrasse fort